Réduire la taille du texteNormaliser la taille du texteGrossir la taille du texte

   portailfamilles2

   OT

Plan d'accès

    logo le navire

Cliquez sur ce lien.

Quelques sites parmi ceux des circuits patrimoniaux :

le_moulin

Venez découvrir le Moulin à vent, récemment rénové à l'instar de la ville, de l'association des Ailes du Moulin et de tous les passionnés du Patrimoine.

Renseignements auprès de l'Office de Tourisme au 04 75 04 07 98.

 

village provencal

C’est en 1983 qu’Aimé et Simone BRUN ont commencé leur crèche, à la demande de leur fille.

Année après année la crèche s'agrandit, prenant place tout d’abord sur le guéridon du salon privé puis dans différents lieux (Quincaillerie Rozier sur le Champ de Mars, à Pont St Esprit dans le cloître de l’ancien hôpital, à l’hostellerie TOM, en Allemagne pendant deux mois, rue Conti) avant de trouver son écrin définitif rue Pierre Sémard.

1-Rocher-9Fi1
 
Le Rocher de Pierrelatte, est fait d’un calcaire urgonien. Il est sans conteste à rapprocher des rochers qui forment le défilé de Donzère, plus au nord.

Mais isolé de ses congénères, seul dressé au milieu de cette grande plaine rhodanienne, il ne pouvait qu’exciter l’imagination. Ainsi devait naître la légende de sa formation. Rodolphe Bringer l’évoque en 1936. Un géant, le Grand Gargantian, que Rabelais appela plus tard Gargantua, venait d’un pas de franchir les Cévennes, quand il sentit une gêne dans sa chaussure. S’étant assis sur la « Dent de Resse », il ôta son soulier et y trouva un gravier (proportionnel à la taille du Géant), qu’il lança par dessus le Rhône. Il tomba là où il se trouve aujourd’hui. D’autres ont « vu » Gargantua lancer le gravier depuis le Mont Ventoux…

Chapelle_des_Pnitents
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
A l‘origine que l’on situe au XIIe siècle (remaniements postérieurs dans l’élévation), elle était avant tout la chapelle du cimetière attenant. Ce n’est que dans le courant du XVIIe siècle qu’elle prit le nom de chapelle des Pénitents lorsqu’elle devint le lieu de réunion de ces derniers. Ces Pénitents devaient vivre en « vrais chrétiens » et mener une vie fort exemplaire et pénitente. Ces confréries catholiques faisaient suite dans notre Région  aux troubles des guerres de religion. Ceux de Pierrelatte étaient « blancs » (couleur du costume). Ce costume était fait d’une tunique longue, d’un ceinture faite d’une corde nouée en tresse et d’une cagoule pointue. La chapelle servit à d’autres sociétés, les Dames de la Charité, celles de la Miséricorde, à l’Abbaye de la Jeunesse jusqu’à la Révolution française.
 

muse
 
Au pied du rocher de Pierrelatte, le musée est installé dans une ancienne prison du XVIII ème siècle, bâtie sur les vestiges de l'enceinte du château qui fut rasé pendant les guerres de religion.
Les collections sont composées de paléontologie, de minéralogie et d'archéologie en relation avec l'histoire de Pierrelatte et de ses environs.
Elles proviennent surtout de la donation d'Yvon Guéret, passionné par ses différentes disciplines.
Les vestiges les plus anciens datent de la Préhistoire (silex, hache polies...)
 

la_tour_de_lhorloge

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
La Commune décide la construction de ce symbole communautaire dès 1819. Il s’agit en fait de remplacer celle, chancelante, située alors au dessus de la porte du premier rempart de la Ville, au débouché de l’actuelle rue de Berne. Ce type d’édifice est assez rare dans la Drôme. La tour de Donzère date de 1847. Celle de Grignan juchée sur une porte dans le rempart est probablement médiévale.
 

 

 

eglise st jb

C’est en 1847 à l’initiative du Curé Piollet que prit corps le projet de reconstruction de l’église paroissiale de Pierrelatte. Les travaux s’achèvent en 1853.
Elle est élevée à l’emplacement de la précédente dont le mur nord utilisait une partie des premiers remparts de la ville, et construite au début du XVII ème siècle.
Ces deux églises superposées, étaient les quatrièmes et cinquièmes.

5bis-ChapelleStRoch--15Fi54

La peste sévit à Pierrelatte du 21 août 1629 au mois de mars 1631. A cette occasion, les Pierrelattins font vœu d’ériger une chapelle à Saint-Roch, un de saints les plus invoqués pour ce type d’épidémie. Dès 1631, elle est érigée avec cimetière attenant sur le terrain où avaient été inhumées les victimes de cette épidémie.
Mais la dévotion à Saint-Roch se développant, elle est reconstruite en 1643 et sera de nouveau très utile lors de la peste de 1652.